La Note Jaune et Plot & Split

La Note Jaune

La Note Jaune, bande de chanteurs parisiens, a déjà une longue histoire puisqu’elle a été créée à l’initiative de Justin Bonnet en 1996… Plus de 20 ans déjà, et un groupe qui ne cesse d’évoluer. Il a d’abord travaillé autour des répertoires de traditions orales de tous les continents puis a décidé en 2001 de se consacrer exclusivement au chant traditionnel français. Depuis 2001, La Note Jaune a connu de très beaux succès publics, et des moments de partages intenses avec les auditeurs, musiciens ou danseurs qui ont croisé sa route, de la Chapelle de la Salpétrière à Paris, au festival en plein air d’Albi, et la Fête de la vielle d’Anost en Morvan.

Plot & Split

Depuis 2007, Plot & Split est un complot permanent, visant (entre autres) à organiser (mais pas trop) le désordre originel, à déstabiliser les oreilles, à faire danser (toujours), tout en se baignant dans la musique acoustique et modale. Plot & Split joue de la musique du Centre-France, d’Angleterre et des 80 : des bourrées, valses, scottichs, encore des bourrées, mazurkas, cercles pour vous faire danser (et aussi des bourrées) !

Aline Pilon, vielle | Mikaël O’ Sullivan, clarinettes et chant | Guy Dumélie, accordéon chromatique | Vincent Belin, cornemuses et chant | François Kaspryk, violoncelle et guitare | Aline Dumont, violon

Bouts d’amour


Achille Millien est «le plus grand folkloriste français» pour beaucoup. Sa collecte de contes et de chansons en Nivernais, territoire plus vaste que la seule Nièvre actuelle est une somme connue de tous les amoureux de tradition orale. A tel point que Justin Bonnet était persuadé que ce répertoire était connu de tous les musiciens du Morvan. Mikaël 0’Sullivan, clarinettiste de Plot & Split mais aussi directeur de la Maison du patrimoine Oral à Anost le détrompe.

Certes, certaines danses ou chansons de Millien font partie intégrante de leur répertoire, mais les partitions restent un frein pour beaucoup des musiciens traditionnels bourguignons. Il serait donc utile d’apporter à la pratique collective une nouvelle salve de chansons et danses issues de la «bible» Millien. Justin Bonnet de son côté, après avoir beaucoup travaillé sur les sources écrites, préfère depuis plusieurs années se pencher sur les collectages audio. Il y puise les chansons du répertoire bien sûr, mais plus encore, l’art des chanteurs traditionnels. L’écrit est bien impuissant à transmettre l’essentiel dans la pratique traditionnelle : l’art des variations de chaque nouveau couplet, les tempéraments inégaux, les ornements, les irrégularités rythmiques, le placement de voix des interprètes. Justin accepte pourtant de se replonger dans les transcriptions de Pénavaire, le musicien qui accompagnait Millien. Il pensait sans trop de peine faire une sélection d’une vingtaine de complaintes et autant de danses pour commencer le travail avec La Note Jaune. Las… impossible de choisir, tellement chaque chanson des dix recueils de Millien attire son attention par sa richesse rythmique, sa beauté mélodique ou la force de ses textes. Car contrairement à ses premiers pas dans Millien, la voix qu’entend intérieurement Justin et qui chante la musique notée par Pénavaire n’est plus la sienne, mais plutôt celle de Francis Michot et des chanteurs bourguignons qu’il a tant écouté. Michot chante Millien dans la tête de Justin ; l’écrit à la lumière de l’oralité, ça devient passionnant ! Un corpus d’une vingtaine de chansons éclot peu à peu. Toutes ou presque parlent d’amour, comme la grande majorité des chansons. Pour mettre en valeur les thèmes de ces poésies pas si naïves qu’il y paraît, pourquoi ne pas les mettre en regard avec la pensée toute moderne de Roland Barthes et de ses « fragments d’un discours amoureux », l’occasion également d’écrire de la musique pour l’occasion ? Bien sûr, ce jeu de miroir a quelque chose d’une blague, mais il permet aussi de réfléchir aux profondeurs de joie et de drames dont le sentiment amoureux est le moteur, qu’il soit traditionnel ou contemporain. Des « fragments d’un discours amoureux » trad ? … des « Bouts D’Amour » quoi !

Site internet : https://www.collectiftoetma.com/nos-projets

Concert Bouts d’amour le samedi 14 juillet à 20h – Arleuf, théâtre des Bardiaux

Gratuit

Renseignements : 03 86 94 84 30